Que viennent faire des tenues militaires de l’armée burkinabè à l’ambassade de France ?

tenues militaires de l’armée burkinabè ambassade France

La découverte de tenues militaires burkinabè à l’ambassade française au Niger a provoqué un tollé dans la communautés des internautes africains en occurrence francophones… Une découverte qui exacerbe les tensions préexistantes entre les deux nations.

Tenues militaires de l’armée burkinabè à l’ambassade de France…

Que viennent chercher des tenues militaires de l’armée burkinabè à l’ambassade de France ? Le 5 septembre dernier, un véhicule appartenant à un ressortissant français a été fouillé à sa sortie de l’ambassade de France au Niger.

Cette inspection inattendue a révélé la présence de tenues militaires de l’armée burkinabè. L’incident a immédiatement suscité des interrogations quant aux intentions et aux activités de la France dans la région.

Lire aussi :
Coup d’État au Niger : pourquoi la France va intervenir ?

La réaction virulente des internautes africains

Les réseaux sociaux ont été inondés de réactions vives et d’accusations à l’encontre de la France. De nombreux internautes ont exprimé leur colère, insistant sur la nécessité d’une vigilance accrue.

Pour certains, cet incident est perçu comme une énième tentative de la France de protéger ses intérêts au Sahel, quitte à déstabiliser les pays tels que le Burkina Faso, le Mali et le Niger.

Une France controversée sur la scène internationale ?

Des voix critiques rappellent l’implication présumée de la France dans des affaires controversées, à l’instar du sabotage du Rainbow Warrior en 1985 ou encore l’opération Persil dont l’objectif était de déstabiliser la Guinée Konakry.

Cette méfiance à l’égard de la France est alimentée par une perception largement répandue selon laquelle les élites politiques françaises auraient fait de la nation un « État voyou ».

Montée des tensions entre le Niger et la France

Avant cet incident, le gouvernement nigérien, désormais dirigé par la junte militaire depuis le coup d’État du 26 juillet, avait dejà décidé d’expulser l’ambassadeur de France au Niger, Sylvain Itté.

Bien que l’ordre ait été notifié le 29 août, donnant à l’ambassadeur un délai de 48 heures pour quitter le pays, le président français Emmanuel Macron avait affirmé que l’ambassadeur resterait malgré cette pression.

Position de l’Union Européenne face à la crise

L’Union Européenne, lors d’une réunion à Tolède, a exprimé sa solidarité avec la France tout en remettant en question l’autorité de la junte militaire à expulser un ambassadeur.

Quand bien même,  l’UE envisage d’imposer des sanctions aux responsables du coup d’État, elle se montre réticente à soutenir financièrement une force de stabilisation au Niger et préfére une solution politique.

Un Sahel sous tension

La région du Sahel est en proie à des violences jihadistes, et cette situation tendue est exacerbée par des jeux diplomatiques et politiques complexes. Le Burkina Faso et le Mali, qui ont apporté leur soutien au coup d’État au Niger, semblent désormais jouer un rôle plus important dans la dynamique régionale.

Voir également :
La France maintient ces accords militaires avec le Niger malgré leur révocation par le CNSP

Vers un futur incertain ?

Le Monde rapporte dans sa parution du 6 septembre que le gouvernement de France à entamer le processus de retrait de ses forces stationnées au Niger. Dans ce contexte, les militaires au pouvoir à Niamey sont en passe de gagner leur challenge avec l’Élysée.

En attendant que l’Élysée ne confirme ce que des tenues militaires de l’armée burkinabè font à l’ambassade de France, on s’achemine inéluctablement vers la fin de l’influence française au Sahel.

________
Pour retrouver toute l’actualité du web, rendez-vous sur notre site web, notre page Google Actualités ou sur notre page Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
Copy link